Archives de
Étiquette : avis

Hansel et Gretel

Hansel et Gretel

 

 

Titre : Hansel et Gretel

Auteur : Yvan Godbout

Editeur : AdA

Nombre de pages : 252 pages

 

 

 

Résumé :

Une mère désespérée surprenant l’innommable dans le quatre pièces et demie miteux qu’elle partage avec son salaud et leur couple de jumeaux.

Un frère et une soeur télépathes ayant sauvagement perdu leur innocence, avidement convoités par les serviteurs de Satan.

Une adolescente rebelle à l’enfance éclatée servant de guide dans une métropole abritant anges et démons.

Un prêtre et une sorcière cherchant à accomplir la plus ancienne des prophéties du Necronomicon.

Deux enfants comprenant que, si Dieu est une pure invention humaine permettant de vivre d’espoir, le diable lui, existe bel et bien.

Mon avis :

Les éditions AdA, entre autres livres, publient d’excellent ouvrage. L’un de mes préférés est celui-ci : Hansel et Gretel. La collection des contes interdits recèlent des pépites merveilleusement horrifique. Celui-ci est une perle à ne pas manquer.

Lors de ma commande, je ne pensais pas qu’il s’agirait d’un combat pour le recevoir, presque 5 mois, puis j’ai découvert que l’auteur, ainsi que la maison d’édition étaient tout deux sous le joug de la justice québécoise. En effets, ces derniers sont accusé de production et distribution de pornographie juvénile. Cependant, le passage impliqué est minime et n’incite en aucun cas à un but sexuel. Bien au contraire, il vise surtout à dénoncer ces actes au travers d’une œuvre littéraire. C’est pourquoi je suis aussi fière d’avoir eu la chance de lire ce roman, et ainsi pouvoir vous en parler sur mon blog.

Des jumeaux télépathes ayant perdu leurs innocences à cause de l’atrocité d’un beau-père monstrueux. Une mère voulant les sauver au péril de sa propre vie. Un guide prenant place en l’effigie d’une adolescente au passé douloureux. Et enfin un prêtre et une sorcière faisant partie d’une secte satanique et voulant à tout prix accomplir la plus ancienne prophétie du Necronomicon. Soyez prêt à entrer dans un univers qui va vous pousser dans vos retranchements et vous montrer à quel point l’être humain peut-être abominable. Âmes sensible s’abstenir, car cet ouvrage vous plonger dan les abysses les plus noirs et les plus sordides qui soit.

Lorsque j’ai commencé ma lecture, je pensais que par sa thématique difficile, j’allais avoir de grosse difficulté à la tenir jusqu’au bout. Je me trompais lourdement. En moins de 2 jours, je l’ai terminé. J’étais presque obsédé par ce livre, par ce qu’allait vivre, ou plutôt subir, les jumeaux Margot et Jeannot ainsi que leurs mère Alice.

Je salue d’ailleurs l’auteur pour les nombreux clin d’oeil dont il a parsemé son ouvrage pour les différents contes des frères Grimm, de Perrault de même qu’Alice au pays des Merveilles de Lewis Caroll. Si je ne me trompe pas, il y a aussi des références à différentes mythologies, ce que j’ai trouvé vraiment très intéressant.

Pour revenir au récit, nos deux jeunes héros vivent au quotidien une vie difficile. Notamment Margot qui est abusé par son beau-père et qui utilise l’amour qu’elle éprouve pour sa mère afin de dissimuler ses actes monstrueux. Lorsqu’Alice le découvre, c’est l’hécatombe. La culpabilité de n’avoir rien vue prend le dessus et en cherchant à les mettre à l’abri, elle met sa propre vie en danger.

Chacun va devoir suivre son propre chemin. Alice en suivant dans son coma un mystérieux lapin blanc, qui essaye lui même de montrer le chemin à Cassandre. Cassandre, la jeune fille au passé douloureux, comme celui de Margot et Jeannot. Elle croise la route de ces derniers et à partir de là, leurs destins sont lié.

Malheureusement pour nos petits héros, ils vont vivre toujours plus d’atrocités. Tombant sur deux personnes malfaisante et étant membre d’une secte satanique. Ces derniers sont vils et perfides. Jamais je n’aurais penser lire cela. Cependant, une chose me trottait dans la tête : le fait que cela arrive réellement. Car oui, ça fait partie de la réalité.

Notre monde est parsemé de noirceur, de monstre qui ne sont pas des démons mais bien des êtres humains. Par ce récit, Yvan Godbout dénonce l’ignominie vécut par bien trop de personne et nous démontre que l’Homme est bien le plus grand des monstres.

« La nuit durera longtemps, très longtemps… Mais le jour viendra, soyez sans crainte. Même l’enfer n’est pas éternel… »

Sur ces mots, l’auteur nous confie une chose essentiel : il ne faut jamais perdre espoir. Et bien qu’il soit particulièrement difficile, émotionnellement, à lire, je n’en ai aucun regret, bien au contraire.

 

Le Petit Chaperon Rouge

Le Petit Chaperon Rouge

 

 

Titre : Le Petit Chaperon Rouge

Auteur : Sonia Alain

Editeur : AdA

Nombre de pages : 204 pages

 

 

Résumé :

Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

Mon avis :

J’ai connu la série « Les contes interdits » totalement par hasard sur Amazone. Pour ce livre-ci, c’est sa magnifique couverture qui m’a le plus attiré. Une jeune femme laissant juste paraître ses lèvres nappé d’un beau rouge et recouverte d’un chaperon de même couleur… Cela ne pouvait qu’aiguiser ma curiosité.

Malicia est une vieille Tsigane condamné à une fin tragique pour avoir découvert une terrible vérité. Sa petite fille Angelika est retrouvé à moitié morte et amnésique. Ses 18 ans arrivé, cette dernière va se transformer en une dangereuse séductrice vengeresse.

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en commençant ce roman, mais ce fut un très agréable découverte. Toujours naviguant entre l’érotisme et le sanglant, l’auteur nous montre à quel point la séduction peut-être un jeu dangereux.

Les pages se succèdent à un rythme inimaginable, et pour se décrocher de la lecture, il fallait vraiment qu’il se passe quelque chose d’important. Très vite, nous nous attachons à notre jeune héroïne. Cette sublime jeune femme qui nous fait frémir de désir pour tomber dans l’horreur.

Sonia Alain à su adapter ce conte avec brio. Chaque émotions, chaque sensations nous est propulsé au plus profond de nous-même. Le souffle court, nous en perdons haleine. Cependant, l’auteur apporte un petit changement fort appréciable : la place du loup. L’animal n’est plus le vilain loup peint dans le conte originel, au contraire, il a un lien merveilleusement sublime avec Angelika.

Une question se pose alors : Qui est le véritable grand méchant loup dans l’histoire? La bête protectrice et fidèle? La jeune vengeresse à l’âme noircie? Ou ces hommes avide de cruauté, d’atrocité, de domination tombant les uns après les autres dans un sadisme frémissant?

Voici donc une réécriture exécuté avec brio et qui ne fait qu’attiser mon envie de lire plus de contes interdits…